EACOM

Dernières nouvelles

EACOM Timber Corporation annonce ses résultats du quatrième trimestre et ceux de fin d’exercice

Le 27 avril 2012 – Montréal (Québec) et Vancouver (Colombie-Britannique) – EACOM Timber Corporation (Bourse de croissance TSX : ETR) (« EACOM » ou la « Société ») annonce ses résultats du quatrième trimestre et ceux de fin d’exercice pour les périodes de trois et douze mois terminées le 31 décembre 2011.

Le 30 juin 2010, EACOM a conclu l’acquisition du secteur des produits forestiers de Domtar, transformant la Société d’une entreprise spécialisée dans le commerce du bois d’oeuvre à une entreprise de fabrication, de commercialisation et de distribution de bois d’oeuvre disposant d’une capacité de production annuelle d’environ 900 millions de pieds-planche. La Société a commencé à exploiter les actifs ainsi acquis le 1er juillet 2010. C’est pourquoi seulement six trimestres d’exploitation témoignent de ses activités continues. La comparaison des résultats financiers de la Société porte donc sur les résultats des exercices terminés les 31 décembre 2011 et 2010, à laquelle s’ajoute une comparaison des résultats pour les périodes de six mois terminées à ces mêmes dates, et sur les résultats des trimestres terminés les 31 décembre 2011 et 2010.

 

APERÇU DES RÉSULTATS FINANCIERS

Pour l’exercice terminé le 31 décembre 2011, lequel incluait quatre trimestres d’exploitation témoignant des activités continues de la Société, EACOM a inscrit un BAIIA négatif de 26 213 000 $ (15 703 000 $ pour l’exercice terminé le 31 décembre 2010 qui n’incluait que deux trimestres d’exploitation). La perte nette attribuable aux actionnaires pour l’exercice a totalisé 47 412 000 $ ou 0,10 $ par action ordinaire (27 344 000 $ ou 0,11 $ par action ordinaire pour l’exercice correspondant de 2010). Le résultat de 2011 comprend une charge pour perte de valeur des immobilisations au montant de 15 000 000 $, partiellement compensée par un gain de 4 339 000 $ sur la disposition de la scierie de Big River et un recouvrement d’impôts sur le revenu au montant de 2 940 000 $ à la suite de l’acquisition du dernier tiers de la scierie d’Elk Lake.

 

COMPARAISON DES EXERCICES TERMINÉS LES 31 DÉCEMBRE 2011 ET 2010

Pour l’exercice terminé le 31 décembre 2011, la Société a réalisé un chiffre d’affaires de 279 967 000 $, comparativement à 138 712 000 $ au cours de l’exercice terminé le 31 décembre 2010. Au cours de la période de six mois terminée le 31 décembre 2011, la Société a inscrit un chiffre d’affaires de 128 841 000$, comparativement à 137 288 000 $ au cours de la période correspondante de 2010. Le chiffre d’affaires tient compte des ventes de bois d’oeuvre et de sous-produits. Durant cette période de six mois, la Société a expédié 294 millions de pieds-planche de bois d’oeuvre (290 millions de pieds-planche lors de la période correspondante de 2010) et 267 000 tonnes métriques anhydres de sous-produits (294 000 tonnes métriques anhydres lors de la période correspondante de 2010). Ces
livraisons reflètent les mauvaises conditions de marché qui ont prévalu tant en 2011 qu’en 2010. En 2011, les prix de référence du bois d’oeuvre s’établissaient à une moyenne de 316 $ US le Mpmp pour le bois de colombage et de 343 $ US le Mpmp pour les longueurs assorties, produits livrés dans la région des Grands Lacs, comparativement à 319 $ US le Mpmp et 341 $ US le Mpmp respectivement en 2010. Ce mouvement des prix a toutefois été accompagné d’un renforcement du dollar canadien, le taux de change moyen entre les dollars américain et canadien ayant été de 1,011 en 2011 comparativement à 0,971 en 2010.

La production de bois d’oeuvre pour l’exercice terminé le 31 décembre 2011 a été de 523 millions de pieds-planche, en regard de 270 millions de pieds-planche pour l’exercice correspondant de 2010. Au cours de la période de six mois terminée le 31 décembre 2011, la production de bois d’oeuvre a été de 238 millions de pieds-planche, en regard de 270 millions de pieds-planche pour la période correspondante de 2010. Durant cette période, la Société a utilisé 48 % de sa capacité, deux des huit scieries acquises auprès de Domtar demeurant inexploitées (55 % de sa capacité et le même nombre de scieries inexploitées lors de la période correspondante de 2010). Certaines scieries ont fait l’objet d’arrêts de production plus longs qu’au cours de la période correspondante de 2010; les scieries de Val-d’Or et de Matagami sont l’objet d’une fermeture temporaire en raison des mauvaises conditions de marché, et les activités de la scierie de Gogama ont été interrompues pour une période de six semaines à la suite de l’incendie survenu sur le site de ses installations. Ces fermetures ont été partiellement compensées par l’augmentation de la production à Elk Lake à la suite de l’acquisition du dernier tiers de la scierie. Les coûts unitaires se sont légèrement améliorés par rapport à ceux engagés au cours de la période correspondante de 2010 en raison des arrêts de production qui ont entraîné la cessation des activités à celles des scieries exploitées par la Société dont les coûts de production sont les plus élevés.

 

COMPARAISON DES TRIMESTRES TERMINÉS LES 31 DÉCEMBRE 2011 ET 2010

Au cours du trimestre terminé le 31 décembre 2011, la Société a inscrit un BAIIA négatif de 8 566 000 $ (6 370 000 $ pour le trimestre correspondant de 2010). La perte nette attribuable aux actionnaires pour le trimestre a totalisé 27 055 000 $ ou 0,06 $ par action ordinaire (13 724 000 $ ou 0,03 $ par action ordinaire pour le trimestre correspondant de 2010). Le résultat du quatrième trimestre de 2011 comprend une charge pour perte de valeur des immobilisations au montant de 15 000 000 $.

Pour le trimestre terminé le 31 décembre 2011, la Société a réalisé un chiffre d’affaires de 67 445 000 $, comparativement à 65 385 000 $ au trimestre correspondant de 2010. Au cours du trimestre, la Société a expédié 159 millions de pieds-planche de bois d’oeuvre (136 millions de pieds-planche au trimestre correspondant de 2010) et 129 000 tonnes métriques anhydres de sous-produits (154 000 tonnes métriques anhydres au trimestre correspondant de 2010). Cette augmentation des livraisons est attribuable à une amélioration des conditions de marché alors que le trimestre tirait à sa fin. Les prix de référence du bois d’oeuvre se sont établis à une moyenne de 304 $ US le Mpmp pour le bois de colombage et de 326 $ US le Mpmp pour les longueurs assorties, produits livrés dans la région des Grands Lacs, comparativement à 296 $ US le Mpmp et 350 $ US le Mpmp respectivement au cours du quatrième trimestre de 2010. Cet affaiblissement des prix a toutefois été accompagné d’un affaiblissement du dollar canadien, le taux de change moyen entre les dollars américain et canadien ayant été de 0,977 pour le quatrième trimestre de 2011 comparativement à 0,987 pour le trimestre correspondant de 2010.

La production de bois d’oeuvre pour le trimestre terminé le 31 décembre 2011 a été de 111 millions de pieds-planche, en regard de 140 millions de pieds-planche pour le trimestre correspondant de 2010. Au cours du quatrième trimestre, la Société a utilisé 45 % de sa capacité, deux des huit scieries acquises auprès de Domtar demeurant inexploitées (57 % de sa capacité et le même nombre de scieries inexploitées au trimestre correspondant de 2010).
Certaines scieries ont fait l’objet d’arrêts de production plus longs qu’au cours du trimestre correspondant de 2010, les scieries de Val-d’Or et de Matagami ayant fait l’objet d’une fermeture temporaire en raison des conditions de marché.

 

SITUATION FINANCIÈRE

Au 31 décembre 2011, la trésorerie et les équivalents de trésorerie de la Société s’élevaient à 14 268 000 $ et les avances consenties aux termes de sa facilité de crédit se chiffraient à 2 000 000 $ à l’encontre d’une disponibilité de 3 822 000 $, comparativement à une trésorerie et des équivalents de trésorerie de 7 206 000 $ et des avances se chiffrant à 9 000 000 $ à l’encontre d’une disponibilité de 12 547 000 $ au 31 décembre 2010. Cette amélioration de la situation de trésorerie résulte du produit net de 32 346 000 $ tiré d’un placement privé d’actions ordinaires de la Société complété au cours du deuxième trimestre de 2011, du produit de 7 500 000 $ tiré de la disposition de la scierie de Big River au cours du troisième trimestre de 2011, d’une diminution substantielle des inventaires en raison d’une gestion plus serrée du fonds de roulement et de la fermeture temporaire des scieries de Val-d’Or et de Matagami, et du recouvrement de plus de 10 000 000 $ de crédits d’impôt au cours du quatrième trimestre de 2011. Une portion du produit net tiré du placement privé a été utilisée au règlement du coût d’achat du dernier tiers de la scierie d’Elk Lake et au remboursement de 7 000 000 $ d’avances consenties aux termes de la facilité de crédit renouvelable.

 

ÉVÉNEMENT POSTÉRIEUR À LA DATE DU BILAN

Le 11 avril 2012, la Société a clôturé un financement de débentures garanties au montant de 40 000 000 $. Les débentures ont été émises au pair, portent intérêt à un taux de 10% payable semi-annuellement et viennent à échéance dans 5 ans. Elles sont garanties par l’ensemble des actifs de la Société, sujet à un premier rang déjà consenti sur les actifs constituant le fonds de roulement. Les termes et conditions rattachés à ces débentures s’apparentent aux termes et conditions typiques d’un financement garanti. 200 millions de bons de souscription d’actions d’une durée de 5 ans et d’un prix d’exercice de 0,20 $ par action ordinaire ont également été émis. Enfin, Fairfax Financial Holdings Limited est en mesure de proposer l’élection de deux administrateurs au conseil d’administration de la Société.

 

Au sujet d’EACOM

EACOM Timber Corporation est une société inscrite à la cote de la Bourse de croissance TSX. Ses activités commerciales comprennent la fabrication, la commercialisation et la distribution de bois d’oeuvre, de copeaux de bois et de produits à valeur ajoutée faits à partir du bois, ainsi que la gestion de ressources forestières. Dans l’Est du Canada, EACOM détient huit scieries ainsi que les droits de récolte afférents. Ces scieries se trouvent à Timmins, Nairn Centre, Gogama, Elk Lake et Ear Falls, en Ontario, et à Val-d’Or, Sainte-Marie et Matagami, au Québec. Les scieries d’Ear Falls, en Ontario, et de Sainte-Marie, au Québec, sont actuellement inexploitées et les scieries de Val-d’Or et de Matagami ont fait l’objet d’une fermeture temporaire en raison des conditions de marché. EACOM détient également une installation de seconde transformation à Val-d’Or au Québec et une participation de 50 % dans une usine de fabrication de poutrelles en « I » à Sault Ste-Marie en Ontario.

La Bourse de croissance TSX ne s’est pas prononcée sur la teneur du présent communiqué de presse. Toutes les nominations d’administrateurs et de membres de la direction sont sujettes à l’approbation de la Bourse de croissance TSX.

 

Énoncés prospectifs

Tous les énoncés figurant dans le présent communiqué de presse qui ne sont pas fondés sur des faits historiques constituent des « énoncés prospectifs ». Bien que les énoncés prospectifs contenus aux présentes traduisent les attentes actuelles de la direction, l’information sur
laquelle s’appuient ces attentes pourrait changer. Ces énoncés prospectifs reposent sur certaines hypothèses concernant des événements à venir et sont assujettis à un certain nombre de risques, d’incertitudes et d’autres facteurs dont plusieurs sont indépendants de notre volonté et pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ces énoncés. Ces risques, incertitudes et autres facteurs comprennent, sans nécessairement s’y limiter, ceux énumérés sous la rubrique « Facteurs de risque » de l’avenant au dossier d’inscription daté du 8 janvier 2010 et sous la rubrique « Risques et incertitudes » du plus récent rapport de gestion que la Société a déposé auprès des commissions des valeurs mobilières au Canada.

L’information financière paraissant dans ce communiqué contient aussi des données qui ne sont pas des mesures du rendement aux termes des IFRS. Par exemple, le « BAIIA » est une mesure qu’utilise la direction pour évaluer la performance financière et opérationnelle de la Société. De plus, nous jugeons que le BAIIA est une mesure qu’emploient couramment les investisseurs pour évaluer le rendement d’exploitation d’une entreprise. Le BAIIA comporte des limites et ne doit pas être considéré isolément ni être utilisé comme substitut aux fins de l’analyse de nos résultats établis selon les IFRS. En raison de ces limites, le BAIIA ne peut remplacer la perte nette ou les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation calculés selon les IFRS et n’indique pas nécessairement si les flux de trésorerie seront ou ne seront pas suffisants pour financer nos besoins en trésorerie. De plus, notre définition du BAIIA pourrait ne pas correspondre à celle d’autres entreprises. Un rapprochement du BAIIA et de la perte nette est fourni sous la rubrique « APERÇU DES RÉSULTATS FINANCIERS – Information supplémentaire sur les mesures non conformes aux PCGR » du plus récent rapport de gestion de la Société.

D’autres informations sur EACOM sont disponibles sur le site de SEDAR, à www.sedar.com.

 

RELATIONS AVEC LES ÉPARGNANTS :

Marc Girard
Vice‐président directeur et chef des finances

Tel: 514 848‐5133

 

RELATIONS AVEC LES MÉDIAS :

Frédéric Bérard
H+K Stratégies

Tel: 514 395‐0375, poste 259