EACOM

Dernières nouvelles

EACOM Timber Corporation annonce ses résultats du deuxième trimestre et la reconstruction de son usine de Timmins

Le 17 août 2012 – Montréal (Québec) et Vancouver (Colombie-Britannique) – EACOM Timber Corporation (TSX-V : ETR) (« EACOM » ou la « Société ») a le plaisir d’annoncer ses résultats du deuxième trimestre terminé le 30 juin 2012.

FAITS SAILLANTS
  • EACOM fait état d’un BAIIA positif de 2,9 million $ pour son second trimestre
  • EACOM a généré de ses activités d’exploitation des flux monétaires positifs de 3,2 millions $
  • Des investissements sont en cours de réalisation aux usines de Nairn Centre et d’Elk Lake
  • La reconstruction de l’usine de Timmins est en voie de débuter

Une amélioration importante du marché de l’habitation a eu un impact positif sur la demande de bois d’oeuvre au cours du trimestre, contribuant à un environnement de prix plus favorable et à une augmentation des prix moyens obtenus par la Société. Pour le trimestre terminé le 30 juin 2012, la Société a inscrit un BAIIA positif de 2 862 000 $ en regard d’un BAIIA négatif de 5 309 000 $ pour le trimestre précédent, et d’un BAIIA négatif de 9 892 000 $ pour le trimestre correspondant de 2011.

La Société a pris la décision de débuter la reconstruction de son usine de Timmins, détruite par un incendie plus tôt cette année. Au cours du deuxième trimestre, la Société a engagé des dépenses en immobilisations importantes visant une augmentation de la capacité de production à deux de ses usines, Nairn Centre et Elk Lake. Les travaux sont avancés à Nairn Centre et devraient être complétés au cours du troisième trimestre. La construction a tout récemment débuté à Elk Lake et devrait être complétée au début du quatrième trimestre, après un arrêt de production d’une durée de trois semaines à l’usine. Une fois complétés, ces investissements devraient permettre de partiellement compenser la capacité de production perdue à l’usine de Timmins et d’atténuer les dommages encourus en raison de l’incendie. Une portion importante de ces investissements sera remboursée en vertu des termes de la police d’assurance souscrite par la Société. À ce jour, la Société a encaissé un montant de 17 000 000 $ à titre de dédommagement, duquel 10 000 000 $ a trait aux dommages subis à la propriété et 7 000 000 $, aux conséquences de l’interruption des activités de l’usine de Timmins.

« La Société a l’intention de poursuivre de manière ciblée ses investissements dans le but d’augmenter sa capacité de production et la récupération de la fibre consommée, et de diminuer ses coûts. Ces investissements devraient permettre une amélioration de sa compétitivité au sein de l’industrie, et un emploi plus stable pour ses employés et les communautés au sein desquelles opère la Société », a déclaré Rick Doman, président et chef de la direction.

 

COMPARAISON DES TRIMESTRES TERMINÉS LE 30 JUIN 2012, LE 31 MARS 2012 ET LE 30 JUIN 2011

Au cours du trimestre terminé le 30 juin 2012, la Société a inscrit une perte nette attribuable aux actionnaires de 709 000 $ ou 0,00 $ par action ordinaire, comparativement à un revenu net de 6 347 000 $ ou 0,01 $ par action ordinaire pour le trimestre précédent, et à une perte nette de 13 662 000 $ ou 0,03 $ par action ordinaire pour le trimestre correspondant de 2011. Le résultat du trimestre précédent comprend un gain sur la disposition d’immobilisations détruites par le feu au montant de 14 283 000 $.

Au cours du second trimestre, la Société a réalisé un chiffre d’affaires de 65 256 000 $, une augmentation de 9% comparativement à 59 941 000 $ au trimestre précédent mais une diminution de 8% comparativement à 71 171 000 $ au trimestre correspondant de 2011. Le chiffre d’affaires tient compte des ventes de bois d’oeuvre et de sous-produits. Au cours du trimestre, la Société a expédié 133 millions de pieds-planche de bois d’oeuvre (128 millions de pieds-planche au trimestre précédent et 160 millions de pieds-planche au trimestre correspondant de 2011) et 119 000 tonnes métriques anhydres de sous-produits (120 000 tonnes métriques anhydres au trimestre précédent et 140 000 tonnes métriques anhydres au trimestre correspondant de 2011). Comparativement au trimestre correspondant de 2011, les expéditions reflètent des volumes de production moins élevés.

Les prix de référence du bois d’oeuvre se sont de nouveau améliorés au cours du deuxième trimestre de 2012, s’établissant à une moyenne de 388 $ US le Mpmp pour le bois de colombage et de 393 $ US le Mpmp pour les longueurs assorties, produits livrés dans la région des Grands Lacs, en hausse de 18% et 9% comparativement à 329 $ US le Mpmp et 360 $ US le Mpmp respectivement au cours du premier trimestre de 2012. La Société a également bénéficié d’un affaiblissement du dollar canadien, le taux de change moyen entre les dollars américain et canadien s’établissant à 0,990 au cours du second trimestre de 2012, en baisse de 1% comparativement à 1,001 au trimestre précédent. Les prix de référence du bois d’oeuvre pour le bois de colombage et les longueurs assorties étaient en hausse de 24% et 17% comparativement aux niveaux atteints au trimestre correspondant de 2011, et le dollar canadien en baisse de 4% relativement au dollar américain.

La très grande majorité des expéditions de la Société étaient destinées à des clients nord-américains. Les expéditions à destination des États-Unis sont assujetties à une taxe à l’exportation et des quotas de volume sous l’option B de l’Accord sur le bois d’oeuvre résineux. Le 1er juin 2012, la taxe à l’exportation relativement aux expéditions à destination des États-Unis a diminué de 5% à 3%. En plus de la taxe à l’exportation, les producteurs canadiens étaient assujettis à une taxe additionnelle de 10%. Le 1er juillet 2011, les montants à être encaissés avaient été recouvrés et le gouvernement canadien a éliminé cette surtaxe de 10%. Dans l’ensemble, comparativement au trimestre correspondant de 2011, les taxes à l’exportation versées par EACOM ont diminué de 1 974 000 $ à 655 000 $ en raison d’une diminution des expéditions, de l’élimination de la surtaxe de 10% et de la diminution de la taxe à l’exportation relativement aux expéditions destinées aux États-Unis.

La production de bois d’oeuvre pour le trimestre terminé le 30 juin 2012 a été de 109 millions de pieds-planche, en regard de 113 millions de pieds-planche pour le trimestre précédent et 119 millions de pieds-planche au cours du trimestre correspondant de 2011. Au cours du second trimestre, la Société a utilisé 40 % de sa capacité (46 % de sa capacité au cours du trimestre précédent et 48 % de sa capacité au cours du trimestre correspondant de 2011). Comparativement au trimestre précédent, la perte de la capacité de production de l’usine de Timmins a été partiellement compensée par des niveaux de production plus élevés à deux autres usines. L’exploitation de l’usine de Timmins a été interrompue le 22 janvier 2012 en raison de l’incendie qui a détruit une portion importante de ses installations. Comparativement au trimestre correspondant de 2011, l’exploitation des usines de Val-d’Or et de Matagami a été temporairement interrompue au cours de la deuxième moitié de 2011 en raison des mauvaises conditions de marché, et l’usine de Timmins est fermée depuis le 22 janvier 2012. Ces fermetures ont été partiellement compensées par l’augmentation de la production à l’usine d’Elk Lake à la suite de l’acquisition du dernier tiers de la scierie au cours du troisième trimestre de 2011.

Les coûts unitaires se sont légèrement améliorés par rapport à ceux engagés au cours du deuxième trimestre de 2011 en raison de la cessation des activités à celles des scieries exploitées par la Société dont les coûts de production sont les plus élevés. L’effet positif de cette diminution des coûts unitaires a été annulé par les coûts fixes encourus relativement aux usines inexploitées ou temporairement fermées.

 

SITUATION FINANCIÈRE

Au 30 juin 2012, la trésorerie et les équivalents de trésorerie de la Société s’élevaient à 37 711 000 $, et la trésorerie soumise à des restrictions à 10 000 000 $ (12 236 000 $ et nil respectivement au 31 mars 2012). Il n’y avait aucune avance consentie aux termes de sa facilité de crédit, et la Société disposait d’une disponibilité de 7 900 000 $ (des avances se chiffrant à 2 000 000 $ à l’encontre d’une disponibilité de 6 187 000 $ au 31 mars 2012).

Au cours du deuxième trimestre, la Société a généré au titre de ses activités d’exploitation des flux monétaires positifs de 3 211 000 $ (avant prise en considération des changements nets au fonds de roulement hors caisse), un renversement comparativement à des flux monétaires négatifs de 5 770 000 $ au cours du trimestre précédent.

Le 11 avril 2012, la Société a clôturé un financement de débentures garanties de premier rang au montant de 40 000 000 $. Le produit net sera utilisé aux fins générales de la Société. 200 millions de bons de souscription d’actions d’une durée de 5 ans et d’un prix d’exercice de 0,20 $ par action ordinaire ont également été émis. Selon les termes des débentures, le montant de 10 000 000 $ encaissé relativement aux dommages subis à la propriété au cours du premier trimestre a été déposé dans un compte distinct et présenté à titre de trésorerie soumise à des restrictions dans l’attente de la reconstruction de l’usine de Timmins.

La majorité des dépenses en immobilisations, au montant de 5 495 000 $, engagées au cours du trimestre visait une augmentation de la capacité de production de deux des usines de la Société, laquelle compensera partiellement la perte de la capacité de production de l’usine de Timmins et atténuera les dommages encourus en raison de l’incendie. Une portion importante de ces investissements sera remboursée en vertu des termes de la police d’assurance souscrite par la Société.

 

Au sujet d’EACOM

EACOM Timber Corporation est une société inscrite à la cote de la Bourse de croissance TSX. Ses activités commerciales comprennent la fabrication, la commercialisation et la distribution de bois d’oeuvre, de copeaux de bois et de produits à valeur ajoutée faits à partir du bois, ainsi que la gestion de ressources forestières. Dans l’Est du Canada, EACOM détient huit scieries ainsi que les droits de récolte afférents. Ces scieries se trouvent à Timmins, Nairn Centre, Gogama, Elk Lake et Ear Falls, en Ontario, et à Val-d’Or, Sainte-Marie et Matagami, au Québec. Les scieries d’Ear Falls, en Ontario, et de Sainte-Marie, au Québec, sont actuellement inexploitées, et les scieries de Val-d’Or et de Matagami qui avaient fait l’objet d’une fermeture temporaire en raison des mauvaises conditions de marché reprendront leurs activités au cours du troisième trimestre. L’exploitation de la scierie de Timmins a été interrompue en raison de l’incendie du 22 janvier 2012. EACOM détient également une installation de seconde transformation à Val-d’Or au Québec et une participation de 50 % dans une usine de fabrication de poutrelles en « I » à Sault Ste-Marie en Ontario.

La Bourse de croissance TSX ne s’est pas prononcée sur la teneur du présent communiqué de presse. Toutes les nominations d’administrateurs et de membres de la direction sont sujettes à l’approbation de la Bourse de croissance TSX.

 

Énoncés prospectifs

Tous les énoncés figurant dans le présent communiqué de presse qui ne sont pas fondés sur des faits historiques constituent des « énoncés prospectifs ». Bien que les énoncés prospectifs contenus aux présentes traduisent les attentes actuelles de la direction, l’information sur laquelle s’appuient ces attentes pourrait changer. Ces énoncés prospectifs reposent sur certaines hypothèses concernant des événements à venir et sont assujettis à un certain nombre de risques, d’incertitudes et d’autres facteurs dont plusieurs sont indépendants de notre volonté et pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ces énoncés. Ces risques, incertitudes et autres facteurs comprennent, sans nécessairement s’y limiter, ceux énumérés sous la rubrique « Risques et incertitudes » du plus récent rapport de gestion que la Société a déposé auprès des commissions des valeurs mobilières au Canada et sous la rubrique « Facteurs de risque » de l’avenant au dossier d’inscription daté du 8 janvier 2010. L’information financière paraissant dans ce communiqué contient aussi des données qui ne sont pas des mesures du rendement aux termes des IFRS. Par exemple, le « BAIIA » est une mesure qu’utilise la direction pour évaluer la performance financière et opérationnelle de la Société. De plus, nous jugeons que le BAIIA est une mesure qu’emploient couramment les investisseurs pour évaluer le rendement d’exploitation d’une entreprise. Le BAIIA comporte des limites et ne doit pas être considéré isolément ni être utilisé comme substitut aux fins de l’analyse de nos résultats établis selon les IFRS. En raison de ces limites, le BAIIA ne peut remplacer la perte nette ou les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation calculés selon les IFRS et n’indique pas nécessairement si les flux de trésorerie seront ou ne seront pas suffisants pour financer nos besoins en trésorerie. De plus, notre définition du BAIIA pourrait ne pas correspondre à celle d’autres entreprises. Un rapprochement du BAIIA et de la perte nette est fourni sous la rubrique « APERÇU DES RÉSULTATS FINANCIERS – Information supplémentaire sur les mesures non conformes aux PCGR » du plus récent rapport de gestion de la Société. D’autres informations sur EACOM sont disponibles à www.eacom.ca et, sur le site de SEDAR, à www.sedar.com.