Dormir sur ses deux oreilles ; la santé et sécurité avant tout

2019-06-07 | Publications / Ressources

Peut-être dormez-vous sur un sommier fabriqué avec fierté par les 76 employés à l’usine de deuxième transformation d’EACOM Timber Corporation à Sullivan. Leurs produits se retrouvent dans des chambres à coucher à travers le monde entier. Établie en 1996, l’usine de Sullivan fabrique des produits de bois de spécialité comme des sommiers et du bois de fourrure. Parmi ses clients les plus important est le fabriquant de matelas Sealy.

Un accomplissement encore plus louable est l’engagement de l’équipe en matière de santé et sécurité au travail : elle vient d’atteindre un an complet sans incident enregistrable. « J’ai toujours été très clair avec mon équipe, la sécurité, c’est ce qu’il y a de plus important. Dès qu’il y a le moindre problème, nous arrêtons la ligne et nous adressons la situation. Il n’y a aucun objectif de production qui vaut une blessure » explique Pascal Proulx, directeur de l’usine.

Comme tout milieu industriel, une scierie comprend certains risques ; des transporteurs en mouvement, des lignes de production dynamiques et des machines puissantes. C’est un environnement de travail plus propice à des blessures si des mesures de sécurité adéquates ne sont pas prises.

Patrick Roy, entêteur de la ligne de refendage à Sullivan a vu évoluer la santé et sécurité au travail au cours de ses quinze ans à l’usine. « Il faut une vigilance constante pour éviter les incidents. Nous faisons des tournées régulièrement sur le site afin d’identifier et mitiger les risques. Si nous recevons une nouvelle pièce d’équipement, nous la testons et l’adaptons avant de la mettre sur la ligne de production. »

Patrick Roy se soucie de l’impact d’une blessure potentielle sur la qualité de vie des employés. « Ça n’affecte pas seulement notre travail, mais aussi les loisirs et la vie personnelle. Nous faisons vraiment tout pour éviter que ça arrive. Cette semaine, nous avons complété une année entière sans incident pour la troisième fois depuis l’ouverture de l’usine. C’est un beau jalon, mais nous prenons ça une journée à la fois. On ne veut surtout pas retomber à zéro, peu importe le nombre de jours atteint. »

À travers ses neuf sites, 2018 a été une bonne année pour les opérations d’EACOM, les incidents enregistrables ainsi que leur sévérité ont diminué de façon marquée. L’équipe garde le cap – des évaluations et des améliorations sont apportées de manière continue avec un seul objectif : zéro blessure.


RETOUR »