EACOM Timber Corporation publie

2012-11-13 | Nouvelles / Communiqués de presse

Le 13 novembre 2012 – Montréal (Québec) et Vancouver (Colombie-Britannique) –
EACOM Timber Corporation (TSX-V : ETR) (« EACOM » ou la « Société ») est heureuse de
publier ses résultats du troisième trimestre clos le 30 septembre 2012 et d’annoncer le
début de la reconstruction de son usine de Timmins.

FAITS SAILLANTS
  • EACOM a dégagé un BAIIA ajusté positif de 1,5 M$ pour son troisième trimestre
  • EACOM a produit des flux de trésorerie positifs de 2,8 M$ liés à ses activités d’exploitation pour le trimestre
  • Les travaux en cours destinés à augmenter la capacité de production des usines de Nairn Centre et de Elk Lake sont en bonne voie d’être achevés
  • Début des travaux préliminaires en vue de la reconstruction de l’usine de Timmins

La solide reprise des activités de construction domiciliaire s’est poursuivie durant le
troisième trimestre, ce qui a stimulé la demande de bois d’oeuvre, a assaini les conditions
du marché et a permis l’augmentation des prix nets moyens obtenus par la Société. Cette
amélioration a été contrebalancée en partie par les frais engagés pour le redémarrage de
nos usines de Val-d’Or et de Matagami, dont la production était temporairement suspendue
depuis le second semestre de 2011, ainsi que par les frais découlant des arrêts de
production causés par les travaux en cours à nos usines de Nairn Centre et de Elk Lake. Par
conséquent, pour le troisième trimestre terminé le 30 septembre 2012, la Société a dégagé
un BAIIA ajusté positif de 1,482 M$, en baisse par rapport au BAIIA ajusté positif de
2,792 M$ pour le trimestre précédent et au BAIIA ajusté négatif de 4,367 M$ pour le
trimestre correspondant de 2011.

Durant le troisième trimestre, les travaux entrepris par la Société pour augmenter la
capacité de production de ses usines de Nairn Centre et de Elk Lake ont avancé rondement.
Ils ont pris fin à Nairn Centre. À Elk Lake, la construction devrait s’achever prochainement à
la suite d’un arrêt de production de six semaines. Ces améliorations visent à compenser
partiellement la perte de la production de l’usine de Timmins et à atténuer le manque à
gagner causé par l’incendie. Une portion importante de ces dépenses en immobilisations
sera remboursée aux termes de l’assurance perte exploitation souscrite par la Société.

La Société a également débuté les travaux préliminaires concernant la reconstruction de son
usine de Timmins qui avait été incendiée au début de l’exercice. Une partie importante du
coût de reconstruction sera financée au moyen des indemnités d’assurance découlant de
l’incendie. À l’heure actuelle, la Société a reçu des indemnités d’assurance de 23,7 M$, dont
10 M$ en compensation pour les dommages aux biens ou pour leur destruction et 13,7 M$
pour le manque à gagner causé par l’interruption de la production.

« Nous sommes heureux du déroulement de notre programme de dépenses en
immobilisations de Nairn Center et de Elk Lake, a déclaré Rick Doman, président et chef de
la direction. En outre, nous entreprenons la reconstruction de notre usine de Timmins. La
Société entend poursuivre ses investissements ciblés destinés à augmenter sa capacité de
production et son taux d’utilisation de la fibre, ainsi qu’à diminuer ses coûts de fabrication.
Ces investissements devraient améliorer notre position concurrentielle au sein de notre
secteur d’activité. Ils devraient aussi consolider à long terme l’emploi de nos salariés et
contribuer à la vitalité des communautés où nous sommes actifs. »

 

COMPARAISON DU TRIMESTRE CLOS LE 30 SEPTEMBRE 2012 ET DES TRIMESTRES CLOS LES 30 JUIN 2012 ET 30 SEPTEMBRE 2011

Pour le trimestre terminé le 30 septembre 2012, la Société a inscrit une perte nette
attribuable aux actionnaires de 964 000 $, ou néant par action ordinaire, comparativement
à une perte nette de 709 000 $, ou néant par action ordinaire, pour le trimestre précédent,
et à une perte nette de 564 000 $, ou néant par action ordinaire, pour le trimestre
correspondant de 2011. Pour ce dernier trimestre, la Société avait inscrit un gain de
4,339 M$ à la cession de son usine hors service de Big River, en Saskatchewan, et une
économie d’impôts de 2,940 M$ découlant de l’acquisition de la participation minoritaire de
un tiers dans l’usine de Elk Lake.

Pour le troisième trimestre, la Société a réalisé un produit de 63,380 M$, en baisse de 3 %
sur les 65,256 M$ du trimestre précédent, mais en hausse de 3 % sur les 61,396 M$ du
trimestre correspondant de 2011. Le produit tient compte des ventes de bois d’oeuvre et
d’autres produits du bois. Durant le trimestre, la Société a expédié 125 millions de piedsplanche
de bois d’oeuvre (133 millions de pieds-planche durant le trimestre précédent et
135 millions de pieds-planche durant le trimestre correspondant de 2011) ainsi que 127 000
tonnes métriques anhydres d’autres produits du bois (119 000 tonnes métriques anhydres
durant le trimestre précédent et 138 000 tonnes métriques anhydres durant le trimestre
correspondant de 2011).

Les prix du bois d’oeuvre se sont de nouveau améliorés. Pour le troisième trimestre de
2012, le prix moyen du bois de colombage dans la région des Grands Lacs a été de
394 $ US le Mpmp et celui du bois d’oeuvre de longueurs irrégulières, de 404 $ US le Mpmp.
Ces prix sont supérieurs de 2 % et 3 % respectivement aux prix correspondants de
388 $ US le Mpmp et 393 $ US le Mpmp pour le deuxième trimestre de 2012. Cependant,
les prix nets obtenus par la Société ont été touchés par la légère appréciation du dollar
canadien, dont le taux de change moyen était de 1,005 $ US/$ CA pour le troisième
trimestre de 2012, en hausse de 2 % sur le taux de change moyen de 0,990 $ US/$ CA
pour le trimestre précédent. Les prix du bois de colombage et du bois d’oeuvre de longueurs
irrégulières étaient supérieurs de 24 % et 22 % à ceux du trimestre correspondant de 2011,
tandis que le taux de change moyen du dollar américain par rapport au dollar canadien a
diminué de 1 %.

La quasi-totalité des expéditions de la Société sont destinées à des clients nord-américains.
Les expéditions vers les États-Unis sont assujetties à une taxe à l’exportation et à des
quotas de volume en vertu de l’option B de l’Accord sur le bois d’oeuvre résineux. La taxe à
l’exportation sur les expéditions vers les États-Unis a diminué de 3 % à 2,5 % pour juillet
avant de repasser à 3 % pour août et septembre. Dans l’ensemble, comparativement au
trimestre correspondant de 2011, les taxes à l’exportation versées par EACOM sont passées
de 1,095 M$ à 388 000 $ en raison de la diminution des volumes expédiés et de la
diminution du taux de la taxe à l’exportation sur les expéditions vers les États-Unis.

La production de bois d’oeuvre du trimestre clos le 30 septembre 2012 a été de 112 millions
de pieds-planche, en regard de 109 millions de pieds-planche pour le trimestre précédent et
de 126 millions de pieds-planche pour le trimestre correspondant de 2011. Durant le
troisième trimestre, la Société a utilisé 45 % de sa capacité de production (40 % durant le
trimestre précédent et 51 % durant le trimestre correspondant de 2011). Les usines de Vald’Or
et de Matagami ont été remises en service au cours du troisième trimestre; leur
exploitation avait été interrompue depuis le second semestre de 2011 en raison des
conditions de marché défavorables. À la suite de l’interruption de l’exploitation de l’usine de
Timmins, dont une partie importante des installations a été détruite par l’incendie du
22 janvier 2012, la Société a partiellement compensé la perte de la capacité de production
de cette usine par la hausse de la cadence de production à deux autres usines durant le
troisième trimestre ainsi que par l’apport additionnel de l’usine de Elk Lake grâce à
l’acquisition de la participation minoritaire de un tiers dans cette scierie au cours du
troisième trimestre de 2011.

Les coûts de fabrication unitaires ont augmenté par rapport à ceux engagés pour le
deuxième trimestre de 2012 et pour le trimestre correspondant de 2011 en raison de la
remise en service de scieries dont les coûts de production sont plus élevés que les autres
scieries en exploitation de même que des frais découlant des arrêts de production causés
par les travaux en cours à nos usines de Nairn Centre et de Elk Lake.

 

SITUATION FINANCIÈRE

Au 30 septembre 2012, la trésorerie et les équivalents de trésorerie de la Société
s’élevaient à 31,807 M$, et la trésorerie soumise à des restrictions était de 10 M $ (chiffres
correspondants de 37,711 M$ et de 10 M$ au 30 juin 2012). À cette date, la facilité de
crédit était inutilisée et sa disponibilité était de 8,432 M$ (au 30 juin 2012, aucun emprunt
n’était en cours et sa disponibilité était de 7,900 M$).

Pour le troisième trimestre, la Société a dégagé des flux de trésorerie positifs de 2,755 M$
liés à ses activités d’exploitation (compte non tenu des changements nets au fonds de
roulement hors trésorerie), en regard de 3,211 M$ pour le trimestre précédent.

La quasi-totalité des dépenses en immobilisations de 6,356 M$ engagées durant le trimestre
visait l’augmentation de la capacité de production de deux usines de la Société, pour
contrebalancer partiellement la perte de la capacité de production de l’usine de Timmins et
pour atténuer le manque à gagner causé par l’incendie. Une portion importante de ces
investissements sera remboursée aux termes de l’assurance perte exploitation souscrite par
la Société.

 

Au sujet d’EACOM

EACOM Timber Corporation est une société inscrite à la cote de la Bourse de croissance TSX.
Ses activités commerciales comprennent la fabrication, la commercialisation et la
distribution de bois d’oeuvre, de copeaux de bois et de produits de bois à valeur ajoutée,
ainsi que la gestion de ressources forestières. EACOM détient huit scieries dans l’Est du
Canada, ainsi que les droits de récolte afférents. Ses scieries sont situées à Timmins, Nairn
Centre, Gogama, Elk Lake et Ear Falls, en Ontario, et à Val-d’Or, Sainte-Marie et Matagami,
au Québec. Les scieries de Ear Falls, en Ontario, et de Sainte-Marie, au Québec, sont
actuellement hors service. Les scieries de Val-d’Or et de Matagami, dont l’exploitation avait
été temporairement interrompue à cause des conditions de marché défavorables, ont repris
leurs activités au cours du troisième trimestre. La scierie de Timmins, qui a été fortement
endommagée par l’incendie du 22 janvier 2012, est encore hors service. EACOM détient
également une installation de seconde transformation de bois à Val-d’Or, au Québec, et une
participation de 50 % dans une usine de fabrication de poutrelles en « I » à
Sault Ste. Marie, en Ontario.

La Bourse de croissance TSX ne s’est pas prononcée sur la teneur du présent communiqué
de presse. Toutes les nominations d’administrateurs et de membres de la direction sont
sujettes à l’approbation de la Bourse de croissance TSX.

 

Énoncés prospectifs

Tous les énoncés figurant dans le présent communiqué de presse qui ne sont pas fondés sur
des faits historiques constituent des « énoncés prospectifs ». Bien que les énoncés
prospectifs contenus aux présentes traduisent les attentes actuelles de la direction,
l’information sur laquelle s’appuient ces attentes pourrait changer. Ces énoncés prospectifs
reposent sur certaines hypothèses concernant des événements à venir et sont assujettis à
un certain nombre de risques, d’incertitudes et d’autres facteurs dont plusieurs sont
indépendants de notre volonté et pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent
sensiblement de ces énoncés. Ces risques, incertitudes et autres facteurs comprennent,
sans nécessairement s’y limiter, ceux énumérés sous la rubrique « Risques et incertitudes »
du plus récent rapport de gestion que la Société a déposé auprès des commissions des
valeurs mobilières au Canada et sous la rubrique « Facteurs de risque » de l’avenant au
dossier d’inscription daté du 8 janvier 2010.

L’information financière paraissant dans ce communiqué contient aussi des données qui ne
sont pas des mesures du rendement conformes aux IFRS. Par exemple, le « BAIIA » et le
« BAIIA ajusté » sont des mesures qu’utilise la direction pour évaluer la performance
financière et opérationnelle de la Société. Nous sommes d’avis que le BAIIA et le BAIIA
ajusté sont des mesures qu’emploient habituellement les investisseurs pour évaluer le
rendement d’exploitation d’une entreprise. Le BAIIA et le BAIIA ajusté comportent des
limites et ne doivent pas être considérés isolément ni être utilisés comme substituts aux fins
de l’analyse de nos résultats établis selon les PCGR. En raison de ces limites, le BAIIA et le
BAIIA ajusté ne peuvent remplacer le résultat net ou les flux de trésorerie liés aux activités
d’exploitation calculés selon les IFRS, et n’indiquent pas nécessairement si les flux de
trésorerie seront suffisants ou non pour financer nos besoins en trésorerie. De plus, notre
définition du BAIIA et du BAIIA ajusté pourrait ne pas correspondre à celle d’autres
entreprises. Un rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté et du résultat net attribuable aux
actionnaires est fourni sous la rubrique « Information supplémentaire sur les mesures non
conformes aux PCGR » du plus récent rapport de gestion de la Société. D’autres
renseignements sur EACOM sont disponibles sur son site Web, à www.eacom.ca, et sur le
site de SEDAR, à www.sedar.com.

 

RELATIONS AVEC LES ÉPARGNANTS :

Marc Girard
Vice‐président directeur et chef des finances

Tel: 514 848‐5133

 

RELATIONS AVEC LES MÉDIAS :

Frédéric Bérard
H+K Stratégies

Tel: 514 395‐0375, poste 259


RETOUR »