Cinquante ans de transformation

2019-06-04 | Publications / Ressources

La « Porte de la Baie James », Matagami, est une petite communauté avec des grandes ambitions. Ses 2 000 habitants se connaissent et s’entraident en profitant d’une excellente qualité de vie. Qu’ils viennent du coin ou d’ailleurs au Québec, les employés de la scierie EACOM ont bâti une famille élargie, tissée serrée. Entourée par des hectares de forêt d’épinette, il va sans dire que la scierie rassemble des gens ambitieux et dédiés, cinquante ans après son ouverture.

Alain Morin, détenteur d’un DEP en mécanique industrielle, y travaille depuis 1974. Il a commencé comme opérateur de chargeuse fixe et a gravi les échelons au fil des ans, en passant de chef d’équipe mécanique à superviseur mécanique. Il a maintenant cinq personnes à sa charge et adore son emploi : « Ça fait plus de 45 ans et j’apprends encore quelque chose de nouveau à tous les jours. C’est important d’avoir du fun en travaillant et on a une très belle ambiance à Matagami, » raconte Alain.

Sa collègue récemment retraitée, Gilberthe Paquette trouve difficile de se séparer complètement de l’équipe. Elle revient donner un coup de pouce de façon ponctuelle pour des formations et d’autres tâches administratives. Gilberthe a commencé comme secrétaire en 1982 puis a travaillé en aux technologies d’information, à la paie et aux achats. « Ce n’était pas un simple emploi, j’ai fait ma carrière à la scierie pendant 37 ans, œuvrant dans plusieurs départements. Il y a toujours des opportunités et il n’y a pas de barrières. Une personne qui veut, peut. »

De son côté, le directeur de l’usine, Hugues Larose, est rentré pour un contrat de courte durée en 1994. Captivé par l’ambiance et les opportunités à la scierie, il a déménagé de La Sarre à Matagami. Il a gravi les échelons, d’électricien à directeur. « On a eu des défis pendant les cinquante dernières années, mais on est débrouillard ici, on trouve des solutions. On récolte de façon responsable et on produit du bois de bonne qualité qui alimente les marchés nord-américains. »

Même en dehors des heures de travail, l’équipe se retrouve à l’aréna pour des tournois d’hockey. En plus de porter fièrement le logo EACOM, leurs chandails arborent l’ancien proverbe africain : « Tout seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin ». Hugues explique que ça reflète parfaitement leurs valeurs. « On est une grande famille, l’équipe est solide et on a beaucoup de plaisir à travailler ensemble. C’est un bel environnement et on a des horaires qui nous permettent de rentrer chez nous à chaque soir. La qualité de vie est imbattable » conclu-t-il avec un sourire.


RETOUR »